• Pologne: Vrai tour

    VRAI TOUR


    http://www.youtube.com/watch?v=tdGsxBFYOXo&feature=more_related

    Apaisés et purifiés par le régime « mastico-pastèco-feta'l », cramés par le soleil comme des raisins secs, hydratés par les flots accueillants de la Mer Noire (surtout la nuit), les têtes « dévissées » à force de communiquer avec les Bulgares, nous présentions tous les signes d'un bien être parfait...

    Epanouis...

    Nos intestins, bien matés, s'étaient enfin mis à tolérer l'huile d'olive fatalement omniprésente, découverte pour la première fois de notre vie et tellement néfaste pour les septentrionaux comme nous, élevés au colza et au saindoux porcin.

    A Obzor, il n'y avait heureusement qu'elle qui provoqua chez nous - si on peut s'exprimer ainsi - de très vilains « tête à tête » avec le trou effrayant de la toilette turque...

    Blindés par l'expérience balkanique, nous nous adonnâmes alors à la conquête d'une autre partie de Bulgarie.

    16 !

    Purée et kurdemol aussi !

    Première nausée...

    Arrivés au seizième, encore 47...

    Quasi l'arrêt cardiaque...

    Au quarante-septième...

    Voilà encore 12.

    J'assume...

    Et puis encore et encore !

    Des tournants à perte de vue comme des spaghettis emmêlés dans un plat...

    serpentyny2

    Une petite route, étroite et parfaitement sinueuse, nous montrait « ses côtés » de moins en moins attrayants et largement obscurs...

    A chaque tournant « plongeant », je nous voyais déjà dans l'un ou l'autre précipice, incitant mon cœur à s'arracher de ma poitrine et me laissant sentir qu'il préférait continuer le reste de son chemin, simplement à pieds.

    Le chemin traversait un massif montagneux en nous menant tout « droit » vers Sofia où nous envisagions d'acquérir des talons d'essence, indispensables pour le voyage sur le territoire de ce pays et pour transiter par la Hongrie.

    L'idée de nous confier aux mains expertes de « Tractoresse Frosya » ou de « Tankiste Vasya », nous avait été, franchement, hideuse et d'un effet physiologique semblable à celui de l'huile d'olive...

    Je ne me rappelle plus du nom de ce hameau - il était trop petit - où nous étions cordialement invité par nos « Rollings Stones » locaux et bulgares, cependant en nous y présentant, nous déclenchâmes un accueil plus que fiévreux.

    http://www.youtube.com/watch?v=2M5qVXgxnU4&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=RVEdYYMlOJ4&feature=related

    Logés chez les habitants, nous étions considérés comme des icônes ambulantes.

    Notre séjour de quelques jours sur place avait même repoussé au second plan le brave Saint Georges de Lydda

    saint_georges2

    - ce vaillant qui avait tué à lui tout seul un vil reptile...

    Ce patron est le plus célèbre à être commémoré par la plupart de la population balkanique et même la géorgienne (de l'autre côté de la Mer Noire, en ex-URSS). Mais avant tout, et chaque année le 06 mai, il est l'idole incontestable des Rroms qui marquent ainsi le début du printemps, appelé« Ederlezi »..., en langue Romani.

    http://www.youtube.com/watch?v=zQnKQC9bGoM

    Encore une fois chargés comme des baudets de diverses denrées alimentaires balkaniques

    chargés2

    - certaines coulantes et d'autres, heureusement solides - nous nous présentâmes à l'huis du consulat polonais à Sofia (ambassade aussi)

    ambasada sofia 2

    dont le sigle national - un aigle blanc - surplombait le quartier...

    czerwono-biala-orzel3

    Le lieu était cependant fermé depuis quelques heures déjà pour cause de temps de sieste... qui consistait : en la préparation de la sieste, la sieste - tout court -  le réveil en douceur, et le retour à la baguenauderie entamée avant celle-ci.

    La vie coulait en douce pour tout ce monde sauf pour nous.

    http://www.youtube.com/watch?v=R0xoMhCT-7A&feature=related

    Nous avons attendu une demi journée et une nuit entière l'ouverture du « territoire polonais » et le retour de ses aiglons dispersés.

    Le lendemain, nos vociférations avaient douloureusement atteint un « hybride » à l'aspect chétif et « faible des poumons » - en chemise « tape à l'œil » en soie rouge et assez « destroy » pour faire pâlir les Hawaïens...

    hawai2

    Le menu torse était véhiculé par deux « cotons-tiges » perdus dans un bermuda turquoise « à bananes » d'une mode provenant des tropiques...

    Pas de bol, parce que la « demi portion drôlement attifée » et si copieusement engueulée par « nos soins » s'avéra être notre « dramatis personae » et en la personne de... Monsieur le « Consul-Aïe »...

    Après une journée d'explications confondues d'excuses morfondues  et des négociations assidues menées avec brio par Jasiu, nous avions enfin reçu nos « talons d'essence », toutefois sans trop de satisfaction.

    Jasiu, le « jeune loup aux dents longues », licencié en droit international et faisant partie du « seul et unique cabinet » d'avocats de Katowice étendu à tous ses parages, notre célébrissime Maître - « Mecenas Zajontz et Zajontzs » - (car il y en avait une portée !) - savait se montrer diplomate et convaincant, voire charismatique...  

    Nous avons roulé d'une traite, et avons marqué un arrêt au camping hongrois situé près de Budapest.

    Avant d'affronter Budapest - une grande ville de presque deux millions d'habitants - nous y avons loué deux petites tentes - l'une près de l'autre... et là, il y en avait quelques 1500 autres.

    pole_namiotowe2

    Encore une fois à partager un espace si exigu avec « l'autre truie »...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :