• Pologne: Post Strictum

     

    POST STRICTUM

     

    « Après avoir fêté leurs 70ème Noël ensemble, un vieux couple apparaît devant Saint Pierre :

    - Félicitations, mes chers amis ! - les accueillit le Grand Huissier. - Bienvenue au paradis ! Je vois sur votre fiche ici présente, que, hmmm, vous êtes venus chez nous après une groooosse indigestion... Hmmm... Mais ici c'est terminé ! Vous pouvez consommer ce que bon vous semble ... Il y a de tout. Aucune restriction, ni quantitative, ni qualitative...

    - Et mes complications cardio-vasculaires ? - s'inquiéta le vieux nouveau venu

    - Des clous ! Vous n'aurez plus rien !

    - Mais mon mauvais cholestérol « triglycerideux » ? Et mon diabète... Et l'ulcère à l'estomac ? 

    - Je vous répète : vous n'aurez absolument plus rien, et, surtout, vous ne ressentirez plus aucune souffrance !

    - Tu vois, Madeleine ? A cause de tes foutues pétales d'avoine et ta bouffe light, nous sommes venus ici 20 ans trop tard !" 

     

    Lorsque, vers 23 heures, environ, les douze plats « bibliques » étaient convenablement engloutis et placés dans nos poches stomacales étanches et accueillantes...

    Lorsque le pavot, servi en abondance, commençait exercer son pouvoir sédatif...

    Maman, subitement fraîche comme un pinson, lançait son éternelle et inévitable « invitation forcée » à la messe de minuit...

    Des nuées des pratiquants repus et chaudement vêtus débordaient de partout, en se dirigeant joyeusement d'un pas décidé vers l'église la plus proche. 

    Nous aussi... d'un pied lourd !

    Trois heures plus tard, nous nous couchions, épuisés, pour nous lever de bonne heure afin d'affronter une « re-messe ».

    De 10 heures, cette fois-ci...

    Et la fête continuait gaiement autour de la table... 

    Le bouillon de poule avec « makaron »,  - macaroni, « maison », - suivi des kluski śląskie,

    kluski 2

    des boules au goût de gnocchis italiens - accompagnées de roulades de viande et de chou rouge aux pommes (spécialité silésienne), noyées dans une délicieuse sauce brune...

    Ensuite le « tort » (à prononcer : torte),

    tort 2

    - ce gâteau immense, à plusieurs étages, à la crème au beurre, coulant et succulent...

    Une « herbatka z cytryną », pour les mineurs d'âge, et « kawa parzona », café fort à la turc, pour les civilement responsables d'eux. 

    Et puis, souvent, une tournée générale d'une solution médicamenteuse adéquate et délicieusement apaisante pour toutes les brûlures de l'estomac...

    Vaisselle précieuse en porcelaine et en cristal, héritée de l'une ou l'autre grande mère (non, pas la Moustachue) durant quelques heures...

    Rangement soigneux de la même...

    Préparation de la table pour le repas de la soirée : jambon, szynka, et « czerwone buraczki z chrzanem », des betteraves rouges au raifort (préalablement râpées). Le raifort... cette racine, blanche à l'intérieur, qui, au râpage, fait voir mille bougies, et suscite l'apparition immédiate de deux autres, aux narines.

    tuba 2

    Et... à la fin : « Bonanza »

     

     bonanza2

    http://www.youtube.com/watch?v=mjdRgBAY278

    ou un autre western, « Le Pont sur la Rivière Kwaï » - (le régime comm  préférait plutôt montrer « Douze Salopards », ou « Sept Mercenaires », que les douze apôtres ensemble ou séparément), - déjà vus et revus à chaque Noël, et dans la même chambre « à-télé-de-papa » de 26° C, gisant sous l'influence des ces résidus d'opiacés ingurgités la veille, et agissant en parfaite symbiose avec les graisses d'origine animale entremêlées avec les sucres rapides et expéditifs, mais cependant tenant un œil vigilant et, miraculeusement ouvert, sur nos allées et venues intempestives. 

    Méfiance !

    « - Mais, qu'est-ce que t'as, mon Tigrou, (Tygrysek) ? Pourquoi ce regard oblique ? Nous sommes ici entre amis, non ? - s'inquiéta Porcinet, Prosiaczek.

    - Bien sûr, vous êtes toujours mes amis, mais je m'en méfie car le Bouriquot (Osiołek) est un âne, Winnie (Kubuś Puchatek), un ours mal léché, et toi, en plus, avec ton caractère de cochon... On ne sait jamais ce que vous pouvez bien comploter ensemble... »

    tigrou 2

    Nous nous endormions paisiblement, en sachant, que le lendemain, nous affronterions, exceptionnellement, les deux régimes les plus stricts et insupportables : un, politique et l'autre, alimentaire...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :