• Pologne: Devoir à-P'pelle

    DEVOIR A - P'PELLE !

     

     

    « - Aaaaaah... Mais, mais... Serait-ce possible ? Avec votre permission, Majesté, mais que vous arrive-t-il ?! Vos yeux sont si exorbités et... hmmm... on dirait, globuleux ? Vous aussi ? Et cette teinte de visage virant au pourpre ?- s'inquiétait  en s'exclamant la grenouille compatissante...

    - Fous-moi la paix, sinistre amphibien ! Un peu de discrétion, voyons ! Tu ne vois donc pas, que même les rois doivent assouvir leurs besoins physiologiques... »

     

     

    La paix des sympathiques après midis, propices à glander, était, hélas, fréquemment interrompue par la voix mielleuse et lascive de Tygrys, ayant visiblement du temps à perdre en sur-stock et en débordement de volonté éducative... :

    - Et alors, Żabusiu ? Qu'est-ce qu'ON a fait en mathématiques aujourd'hui, hein ?

    Il disait toujours « on » - comme si s'était lui qui en souffrait...

    A ce moment là, mes cheveux se dressaient sur la tête comme cet appendice sur les bérets basques alors que mon sang s'enfuyait à toute vitesse vers mes pieds...

    - Ooooh, rien de spécial... Tout va bien... Rien de nouveau... - mentais-je d'une voix peu assurée mais rassurante, alors que je pataugeais au milieu des formules et des problèmes qui envahissaient mon cerveau et mon cahier.

    Bien sûr, pas seulement que la vie n'était pas du tout simple, mais il fallait encore qu'on me harcèle avec des choses aussi hideusement inimaginables.

    - Montre à papa !

    Et là, tout s'écroulait, aucun subterfuge n'était plus ni crédible, ni valable...

    Les tortures commençaient...

    - Ho, ho ! Je vois, de l'algèbre ! C'est le meilleur ! C'est la reine des math, si tu veux savoir... et ma préférée !

    En plus, pour lui, toutes les branches des math étaient toujours les « reines » et ses « préférées », mais ne voulant pas aggraver mon cas, plutôt fragile, je le laissais croire que si...

    Soit.

    En 30 secondes environs, « je plongeais » dans le « vase visqueux » et les méandres des maths !

    Evidemment, pour lui, c'était très simple de m'avoir aussi directement !

    Mes lacunes, de plus en plus grandes en cette matière, ressortaient comme des vers de terres après une drache du mois de mai, ou comme les trous de mon collant,

    rajstopy 2

    si on veut...

    Il tentait, alors, de m'expliquer des choses infiniment inutiles.

    - Si je te donnais un sac (pourquoi faire ???)contenant un kilogramme de plumes d'oie et un autre, de plomb, lequel de deux serait moins lourd ?

    - Mais, celui à plumes ! (Je ne savais pas à quoi ressemblait le plomb...)

    - Mais noooon! Un kilogramme restera un kilogramme - c'est une mesure de poids, toujours constante... Bon : et si tu avais un sac rempli de charbon - tu vois ce que c'est ? D'un kilogramme. Et un autre, aussi d'un kilo, rempli de sciure de bois ?

    - Mais ça dépend - si les sciures sont plus lourdes que...

    - Noooon ! Je te répète qu'on parle du POIDS des matières, et pas de leur volume !!!

    waga 2
     

    Ma vue commençait à se brouiller, progressivement, à cause des larmes chaudes et salées, se mêlant avec des sueurs froides sortant de partout de « mon moi », crispé et de plus en plus stressé...

    Au bout de quelques heures (yesss!), Tygrys se tordait dans tous les sens, ne sachant  trouver une position qui le soulage...

    Je savais alors que nous étions enfin prêts de clôturer ses « tergiversations » pour procéder à « l'emballage final »

    sacs

    dans des sacs divers de toutes ces choses profondément inintéressantes, car c'était l'heure de... la disparition, et en accéléré, de Tygrys dans « le petit coin ».

    - T'as compris enfin ? - insistait-il en s'éloignant dare-dare.

    - Oui, Pa' !

    - T'es sûre ? - sa voix fusait de l'endroit douillet malgré que carrelé... 

    Je « sentais » que la fin était délicieusement imminente :

    - Oh, oui ! J'ai tout compris. A que oui, Pa' ! Parce que, en plus, tu expliques si bien... - l'embobinais-je ...

    Oufff ! La paix !!! 

    Et puisque notre salle de bain communiquait avec la cuisine par une fenêtre sur sa partie supérieure, pour le rassurer, et le convaincre, j'ajoutais, en m'exclamant (heureuse de la fin de la séance de tortures), une connerie de ce genre :

    - En tout cas, ça doit être horrible de recevoir un kilogramme de plomb sur les pieds, hein ? Ca ferait des dégâts, hein ? Si je devais choisir, j'opterais pour un kilogramme de plumes d'oie...

    Eeeeeeeeeeeeeeeet puiiiiiis... Zuuuuuuut !

    wychodek 2
     

    Et voici « Wychodek », - en polonais populaire, - nom commun (genre masculin) dérivé du verbe « wychodzić » - sortir,

     QUIIIITTEEEEER !!!



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :