• Pologne : Curiosité juvénile

    Curiosité juvénile


       A un an (taille : 0,80 m., environ, tour de poitrine : d'une crevette grise), je suis allée, pour la première fois, avec mes parents, à la campagne car il fallait fuir la pollution industrielle, disait Maman, issue d'une ville de 10 000 églises et d'une centaine de théâtres.

       Malgré leurs nombreuses mises en garde, j'ai me suis aussitôt précipitée à explorer de près cet endroit délicieusement interdit, surtout jamais vu et puant à merveille : une porcherie.

       Ne sachant pas très bien (et pourquoi devais-je le savoir) à quoi servait une chevillette placée sur la petite porte juste à ma taille, j'ai tiré d'un coup sec, et me suis trouvée en un clin d'œil en dessous d'un troupeau de cochons ivres de liberté et désireux de faire plus ample connaissance avec ce bizarre petit sac mou mal langé, et totalement incongru dans leur espace. Une créature qui est venue goûter de près leur gadoue à eux !?

       A ce moment précis, couchée ventre en l'air (soumission ?) et enfoncée comme un clou dans la boue commune, j'ai eu un puissant déclic. Ca y est : je ne ferai plus confiance et fuirai tout ce qui ressemblera aux porcins et qui aura les yeux rouges.

       Cela m'avait permis d'éviter efficacement l'adhésion à tout mouvement à « repérage par tags », aux mots clés correspondants aux : troupeau, porcins, yeux rouges...

       C'est comme la fin de l'histoire de « La chèvre de Monsieur Seguin »... Le pauvre caprin insouciant et rebelle et assoiffé de liberté gisant par terre avec sa robe souillée de sang... Pchip, pchip - c'est d'une tristesse... mais il faut mériter sa liberté, non ?

    COCHONS2

    (Pssst : J'attire votre attention sur le drapeau rouge et blanc...)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :