• Pologne: Bois'ta musique

    BOIS'TA MUSIQUE!

     http://www.youtube.com/watch?v=eKeXkhxiq6I

    « If you're goooooing toooo Saaaan Fraaaaancisco...»

    - s'égosillait un certain Scott McKenzie dans sa langue natale et véhiculaire. Ces sons agréables et la voix moelleuse sortait de notre « przenośny adapter » - un tourne disques portable, enfermé dans une élégante valisette bien verte.

    Le disque, quant à lui, était bleu car au format d'une carte postale, il ne pouvait que représenter le ciel beaucoup plus bleu et heureux que celui de Katowice.

    Après « Jambolayah » de papa, ou « Strangers in the night », de maman, c'était mon disque personnel, sans doute parce qu'il était pliable et qu'il se laissait facilement manipuler par mes petites mains peu expérimentées de « dziewczynka » (fi-fille).

    La voix agréable du chanteur diffusait « à plein tube », à longueur de journée, s'entremêlant avec d'autres sonorités, et plutôt pénibles celles-là, émanant de nos voisins de gauche, de droite, du dessous et du dessus. Chacun de nous augmentait le son pour imposer aux autres « son morceau préféré ».

    Ainsi la cacophonie immobilière perçait les oreilles de l'ensemble du bâtiment y compris les « oreilles cachées » des murs mitoyens (« ściany mają uszy » - les murs ont des oreilles, - disait Tygrys - inquiet d'une investigation probable et peu correcte de la part de l'un ou l'autre « kapuś » ou tout simplement d'un curieux de nature...).

    Le bruit intensément cacophonique nous facilitait un libre échange « d'opinions » en ce qui concernait la bonne gestion politico-économique de nos comms nationaux...  

    Ainsi, le "Jambolayah" se mélangeait harmonieusement avec « Una Paloma Bianca » et « Adieu Pamela », ou Scott McKenzie avec une polka des Sudètes. 

    Entre temps, un « joyeux quelqu'un » cassait la vaisselle en vue d'un mariage imminent, accéléré par une grossesse prématurée et, hélas, très visible. C'était la coutume des Silésiens.

    Et l'un ou l'autre, parmi les très nombreux « piesek - pokurcz » (petit chien tordu portant tout les paternités du monde sur son « paletot »...) se mettait à aboyer car il faut savoir, qu'en Pologne, ils en avait le droit :

     « Il y avait trois chiens... Un américain, un français et un russe (forcement !).

    Le premier, l'américain (comme d'hab') dit :

    - Je n'ai qu'aboyer une fois et mon Maître se précipite pour me donner à manger du filet américain (sans cornichons et sans oignons).

    Le deuxième, le français dit :

    - Moi, j'aboie deux fois et mon Maître me sert du foie gras (en bloc) et des saucisses de Toulouse.

    Le troisième, le russe, dit :

    - Allez les gars, c'est quoi aboyer ? »

    Quant aux voisins ne disposant pas d'une « boîte à musique », ils réglaient leurs comptes entre eux, ou faisait « la fête » à leur épouse, ou encore « d'autres autres » festoyaient tout simplement en faisant l'inventaire des bouteilles de « wódka żytnia », vodka de blé, entrecoupée de cornichons en saumure ou de « chleb ze smalcem », - du pain avec du saindoux de porc.

    Parfois, ayant abusé de ces merveilles naturelles ils s'en débarrassaient discrètement, à l'exception de ceux, qui habitaient au dessus de chez nous.

    La grégarité était cependant à son apogée lorsque les joyeux drillons se mettaient, eux, à étouffer les sons poussés par les professionnels du « show bizz », comme notre Scott adoré, en beuglant en chorale des chansons paillardes, toujours en langue russo-polonaise...   

    „ I job tvouju mac, my kulturnyï narod,

    My Giermantza nie boïmsya i vsiegda païdïom v pieriod !..."

    - ce que j'ai envie de traduire ainsi (tout en respectant « chaque chacun » ou « chaque chacune »):

    « Je baise ta mère,

    nous sommes une nation à grandes valeurs

    culturelles,

    Nous n'avons (même) pas peur des Allemands

    et nous marcherons toujours en avant »

     (N.d.T. - comme un rouleau compresseur en quelques sortes... ou bien, comme un char...)

    (Oufff ! Contente d'une traduction aussi bien rimée. Coool !)

     Atteignant quelques 90 à 120 décibels provenant de la « pure souche » et du « pur alcool », à savoir du « spirytus rektyfikowany » (très spirituellement rectifié) de 90° de contenance en alcool, mon Tygrys rajoutait son rugissement mélangé avec des insultes ni politiquement, ni autrement d'ailleurs, corrects,  et que je m'abstiendrai de citer...

     Stoooooooooooooooooooooooooop !

     Notre « boîte à musique » portable me donnait cependant froid dans le dos lorsque j'étais obligée de placer cette aiguille délicate et « précieuse » car en « diamant » (bofff - il ne brillait même pô...) sur ce petit 45 tours de 17 cm. Je transpirais, tirais la langue, me mordais les lèvres - mutilation faciale complète ! Enfin, j'étais parvenue à poser « la chose » - non, stop, je voudrais écouter mon Scott dès le début.

    Marche arrière, ma tête se mettait à tourner avec la rondelle cependant accueillante en caoutchouc ; ça y est :

    « Ify'regingt'SnFrncsco...»

    - criait une petite voix en accéléré de 78 tours, comme s'il s'agissait de notre seul et unique « Kaczor Donald » de Walt Disney, - mon préféré, (canard Donald), à l'époque.

    NB. De nos jours la Pologne en connaît encore trois autres « kaczory » (au pluriel et en trinité), mais dans la mesure où ils ne sont absolument ni marrants ni spectaculaires, ils ne font pas partie de mes héros comiques, de mes « komiks » (BD) préférés...

     3-male-kaczuszki-605-OBRAZKY_PL

    Puis, en vitesse au ralenti.  

    A 33 tours :

    « Ifffffffffffffffff yooooooooooooooouuuuuuuu'reeee goooooiiiiiiiiing toooo Saaaan Fraaaaanciiiiiiiiiscooooooooo...»,

    - dégoulinait une espèce de « Miś Yogi » (ours connu) de sa voix de crooner, grave et lente. 

    Et là, mon propre orso, Tygrys, mettait fin à son mal-être total, en fermant violemment le tourne disque sans se préoccuper de la précieuse aiguille...

    ...Et les effluves de vodka dans le palier « épousaient » les sons joyeusement poussés par leurs émetteurs.

     NB. Entre nous : j'ai toujours été ravie que nous n'eûmes pas un piano à queue !

     Et un bon conseil : buvons avec les autres sans partager nécessairement notre musique avec le monde entier !

     http://www.youtube.com/watch?v=8pNJwGibXSw


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :